Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Educablog

Bienveillance

Publié le 3 Août 2015 par S dans Pedagogie

Pour moi, créer et avoir une bonne relation avec les enfants qui fréquentent mon groupe est essentiel. Cette relation doit permettre à l'enfant d'acquérir une confiance en moi, une confiance en lui ainsi qu'une sérénité. C'est grâce à cette relation qu'il appréciera passer ses journées à la crèche et qu'il pourra créer des relations harmonieuses avec ses paires.

J'ai donc entrepris de nombreuses lectures sur ce thème. Après avoir suivi la formation "efficacité dans les relations I et II", j'ai lu des livres de process com®, de Thomas Gordon et de Linda Adams. Je me suis tournée vers des livres de la discipline positive, de Haim G Ginott, de Adele Faber et Elaine Mazlish. J'y ai retrouvé la psychologie que j'apprécie: éduquer avec bienveillance et exigence. 

La bienveillence est le faite d'être respectueux et encouragaent. L'exigence doit tenir compte des capacités de l'enfant et des circonstances.

Jane Nelsen (dans le livre "la discipline positive", édition poche marabout p. 36) décrit les 5 critères pour identifier une discipline efficace et positive, les voici:

  1. Une discipline simultanément ferme et bienveillante.
  2. Une discipline qui aide les enfants à développer un sentiment d'appartenance et d'importance (être en lien).
  3. Une discipline efficace à long terme (la punition est efficace à court terme, mais elle a des résultats négatifs sur le long terme).
  4. Une discipline qui enseigne des compétences sociales et favorise le développement de personnalités agissant avec respect, intérêt pour les autres, responsabilité et coopération.
  5. Une discipline qui invite les enfants à avoir confiance en leurs capacités et à se servir de leur potentiel personnel de manière constructive.

 Lors de ma pratique, je suis toujours surprise de voir l'impact qu'à une telle pédagogie sur les enfants. Ils sont posés, ils sont créatifs, ils trouvent des solutions inédites à des problèmes (solutions inédites et efficaces), ils sont respectueux des autres, ils acceptent les différences.

J'ai un exemple qui me vient en tête, j'effectuais un remplacement chaque mercredi dans une structure d'accueil, auprès d'enfants de 3 à 4 ans.

Je me trouvais dans la cour avec les enfants, une enfant vient vers moi et me dit: "elles ne veulent pas jouer avec moi."

Je me mets à sa hauteur et lui demande: " Tu souhaites jouer avec quels enfants?".

Elle me montre un petit groupe de filles jouant vers la locomotive (assez grande pour que les enfants puissent grimper dedans et dessus, puissent s'asseoir...). Je la prends par la main et lui dit: "Viens, allons voir comment nous pouvons trouver une solution."

Nous arrivons à la hauteur des enfants. Je leur demande de venir vers moi. Les trois filles viennent à notre hauteur, je leur dis: "Caroline voudrait jouer avec vous."

Joséphine répond: "On n'a pas envie de jouer avec elle."

Je dis à Caroline: "Joséphine n'a pas envie de jouer avec toi."

Ensuite je me tourne vers Joséphine et lui demande: "Pourquoi ne veux-tu pas jouer avec Caroline?"

Joséphine me dit: "Parce que..."

Je continue ma médiation en disant: "qu'est-ce que Caroline fait que tu n'aimes pas?"

Joséphine dit: "Elle ne joue pas comme nous."

Moi: "Elle ne joue pas au même jeu que vous."

Caroline de répondre: "Mais si je joue comme elles."

Je me retourne vers Caroline et lui dis:" comment joues-tu?"

Caroline explique: "Je suis la cheffe et je vais chercher mes chats."

Je me tourne vers Joséphine et lui dis: " Et vous à quoi jouez vous?"

Joséphine dit: "Je suis la maman et les autres se sont mes enfants."

Je me tourne vers Caroline et lui dis: "Est-ce que tu veux jouer avec elles à leur jeu?"

Caroline répond: "Oui."

Joséphine: " Ah non. Elle ne suit jamais notre jeu."

Je demande: "Si tu lui expliques votre jeu et que Caroline est d'accord de jouer comme vous, est-ce qu'elle peut jouer avec vous?"

Joséphine ne dit rien pendant quelques secondes.

Puis elle dit: "D'accord si toi Caroline tu es d'accord de jouer comme nous."

Je demande à Caroline: "Es-tu d'accord?"

"Oui."

Je me déplace et vais vers d'autres enfants. Tout l'après-midi elles ont joué ensemble sans aucun conflit.

Je n'ai pas jugé un seul des enfants, chacun avait leur raison de raisonner à leur manière. Lors que la fillette est venue me voir au début de l'histoire, l'éducateur du groupe m'a dit que Caroline se retrouvait souvent seule à cause de sa manière de jouer qui se différenciait des autres. Etre bienveillante signifie respecter les raisons d'autrui et de lui donner les clefs qui lui manquent pour entrer dans le jeu des autres filles. Je n'ai fait que mettre des mots sur le problème et rendre explicite une situation. Les enfants ont trouvé seuls leurs réponses.

J'aurai pu dire à Caroline: "trouves d'autres enfants qui souhaitent jouer avec toi." ou encore dire à Joséphine: "Ici à la crèche il faut jouer avec tous les enfants." L'impact aurait été bien différent, je n'aurai pas répondu à leurs besoins.

La bienveillance permet aux enfants d'être respectueux de l'autre, d'être tolérant, d'être créatif, de coopérer,... 

Je ne saurai que vous recommander d'essayer, de lire ces livres, de pratiquer, d'oser tester ces "méthodes"... Et de partager vos expériences...

commentaires