Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Educablog

Il n'y a pas d'avion à la crèche!

Publié le 30 Avril 2014 par S dans Scene de vie

Lors d'un rassemblement du matin dans un groupe de 2 à 3 ans.

Nicolas me dit: "je suis fâché, je ne voulais pas venir à la crèche."

"Tu souhaitais rester à la maison avec tes parents."

"Oui chez moi j'ai des avions."

"Et à la crèche il n'y a pas d'avion. Tu ne peux pas jouer aux avions à la crèche."

George dit: "On peut faire des avions en papier."

"Ah oui! Nous pourrions faire des avions en pliant des feuilles de papier. Est ce que tu voudrais que nous fassions des avions en papier?"

"Oui."

Le rassemblement se termine. Je demande: " Qui souhaitent faire un avion".

Quatre enfants sont intéressés par cette activité. Je leur propose donc de nous mettre autour d'une table, je vais chercher des grandes feuilles de papier. Je plie le papier et le déchire pour avoir de petites feuilles.

Un enfant me demande: "Je peux plier un avion?"

"Oui" et je lui donne une feuille de papier. L'enfant plie le papier en biais une fois. Puis elle dit: "Est-ce que tu peux faire mon avion?"

"Oui"

Je lui confectionne donc un avion et le lui donne. Chaque enfant qui souhaite un avion est venu vers moi me demander un avion. Plusieur d'entre eux (le grande majorité) ont joué avec leur avion (lancer le plus haut possible, essayer d'atteindre une cible, essayer de le faire attérir sur l'étagère, etc) pendant une heure et ils ont repris leurs jeux et expérimentations l'après-midi.

Une fille, alors que je plie un avion, me demande: "Est-ce que je peux faire un dessin?" "Oui."

Je vais chercher la boite de crayons et la pose sur la table. "Est-ce que tu sais dessiner seulement sur la feuille verte?(les feuilles utilisées pour les avions sont de couleur verte)" "Oui" je pose les crayons sur la table et la fille dessine. Une autre enfant arrive et me demande: "Est-ce que je peux dessiner?" "Oui." 

commentaires

Thomas Gordon

Publié le 27 Avril 2014 par S dans Lectures

La communication efficace vous connaissez?

En 2011, j'ai suivi une formation de trois jours nommée: Efficacité dans les relations  I donnée à l'éésp à Lausanne. Puis en 2012 j'ai suivi la formation: Efficacité dans les relations II Ces formations m'ont permis de changer ma manière d'aborder la communication et de communiquer que ce soit avec les enfants ou avec les parents, les collègues. Depuis lors j'utilise de l'écoute active, des messages "je" et je suis convaincue qu'un mode de communication de ce type ainsi que les résolutions de conflits sans perdant (ou gagnant-gagnant) permet une bien meilleure relation avec autrui, permet aux enfants de s'auto-discipliner et puis surtout de voir la richesse des enfants et leurs capacités à trouver des solutions acceptables pour chaque personne concernée par le conflit et d'en sortir serein.

Quelques clés d'une telle communication se trouvent dans les livres de Thomas Gordon.

J'ai lu le livre "Eduquer sans punir. Apprendre l'autodiscipline aux enfants" de Thomas Gordon aux éditions poche marabout.

Je vous conseille cette formation ainsi que la lecture de ce livre si vous souhaitez changer votre façon de voir la discipline (les punitions, les récompenses, l'autorité, le laxisme...)

 

 

commentaires

Ai-je tout essayé?

Publié le 20 Avril 2014 par S dans Lectures

Voici un livre qui recèle des trésors de communication efficace...

Un livre qui donne des clefs pour régler des soucis quotidiens que je peux avoir avec des enfants et que des parents peuvent avoir avec leurs enfants!

Un livre à lire!!!

Filliozat, I (2013) J'ai tout essayé! Opposition, pleurs et crises de rage: traverser la période de 1 à 5 ans. Poche Marabout

commentaires

Soignons la relation

Publié le 6 Avril 2014 par S dans Pedagogie

Pour moi la relation est primordiale si je souhaite qu'un enfant se sente bien lors de ses journées à la crèche. Je la soigne en respectant l'enfant, sa personnalité et ses besoins. Je passe de nombreux temps individuels avec chaque enfant. Ces moments me permettent de mieux connaître l’enfant. Ils me permettent aussi d’écouter l’enfant, de connaître ses goûts, de connaître les choses qu’ils aiment et pour lui aussi de mieux me connaître.

Partager des moments de jeux, des moments de repas, des moments positifs, partager des découvertes communes permet de construire de la complicité et de montrer à l’enfant que tout ce qu’il fait m’intéresse.

Je montre à l’enfant que lui est important, que sa personnalité enrichit le groupe et qu’il y tient une place à part entière. Le groupe est formé de personnes et de personnalités, chaque adulte en est une ainsi que chaque enfant. L’enfant le compose au même titre que l’adulte et donc que chacun y a une place.

J’essaye de répondre aux besoins de chaque enfant. Lorsque je ne peux pas le faire pour des raisons de vie collective, je reconnais le besoin et même l’envie de l’enfant en verbalisant son besoin, son envie et son émotion.

Mes expériences d’éducatrice m’ont démontrée qu’il est possible de répondre aux besoins des enfants en s’adaptant à eux. La vie en collectivité permet aussi de respecter l’enfant et ses besoins. Des enfants dont je reconnais leurs besoins sont réceptifs aux besoins de la collectivité.

Les enfants ont leur mot à dire. Ce sont eux qui sont présents 9 heures à 10 heures sans coupure à la crèche et souvent pour 5 jours consécutifs. Ne pas les écouter, ne pas leur laisser choisir des activités, ne pas suivre leurs envies (qui sont souvent très raisonnables et qui sont créatives et par la-même très enrichissantes pour les enfants), décider à leur place, leur dicter leurs conduites est pour moi un non sens. Partir de leurs idées, de leurs préoccupations me permet d’enrichir ma pratique, d’enrichir ma créativité, de ne pas tomber dans la routine, d’acquérir d’autres connaissances et d’autres compétences, de partager des vrais moments de bonheurs avec les enfants, de construire une relation basée sur le respect, une relation saine et vraie. Leurs idées et leurs envies me permettent aussi de me faire une idée réelle de leurs compétences et de leur proposer des activités ou du matériel qui leur soit adapté.

J’ai confiance en chaque enfant. Je les connais, mes expériences me permettent de dire que les enfants respectés, écoutés et ayant construits une relation saine sont plus intéressés par effectuer des activités qu’ils apprécient, partager des moments positifs et de plaisirs avec un adulte plutôt que de se mettre en danger en passant outre des consignes…

Une telle relation prend du temps à se construire, chacun doit s’apprivoiser et apprendre à se connaître. Construire une telle relation permet aussi d’être surpris à chaque instant par les enfants, par ne pas avoir une vision stéréotypée ou préconçue de l’enfant. Car à chaque instant la relation change ainsi que ma vision de l’enfant. La construction n’est pas figée, la relation non plus n’est jamais acquise comme dans toute relation. Il faut la nourrir constamment pour qu’elle s’épanouisse et reste positive.

L’adulte est un exemple que les enfants suivent, le respect de chacun, l’écoute et les actes que je fais sont imités par les enfants. C’est l’une de leur manière d’apprendre. Il est donc nécessaire que moi je respecte chacun, que je les écoute, que je les comprenne, que je prenne le temps de construire ces relations. Nécessaire que je ne cherche pas à changer les enfants mais que moi je change mes actes et paroles, que je sois à l’écoute de mes émotions, que je me respecte, que j’apporte moi aussi des idées, que je leur raconte aussi des choses de ma vie, que je leur dise ce que j’aime faire, que je sois vraie… Que je leur montre que chacun d’eux est important et que j’ai plaisir à faire quelque chose avec chacun d’eux. Et que ce que je demande à chaque enfant je le fais… je ne déroge pas aux règles que je fixe aux enfants. Les habitudes que je demande aux enfants je les fais aussi.

commentaires